«Le courage, c'est de chercher la vérité et de la dire; c'est de ne pas subir la loi du mensonge triomphant qui passe, et de ne pas faire écho de notre âme, de notre bouche et de nos mains, aux applaudissements imbéciles et aux huées fanatiques» Jean Jaurès

Nouvelliste du 25.10.16 - Quand l'art prend de la hauteur

Articles interceptés dans la presse
Avatar de l’utilisateur
arollablabla
Agitateur
Agitateur
Messages : 2765
Enregistré le : 04 juin 2007, 15:37
Localisation : Rond-Point Arolla
Contact :

Nouvelliste du 25.10.16 - Quand l'art prend de la hauteur

Message non lupar arollablabla » 26 oct. 2016, 08:59

Image

Insolite - Bart Cochez, sculpteur des Haudères, a installé son oeuvre à proximité de la cabane des Aiguilles Rouges, à 2821 mètres d'altitude.

À une quarantaine de mètres de la cabane des Aiguiles Rouges se dressent depuis quelques jours des statues qui interpellent les randonneurs. Ils s'interrogent devant ces objets filiformes surmontés de blocs présentant une intrigante couleur automnale.

Pour leur concepteur, ces questionnements revêtent une grande importance. "Je me suis inspiré des flux migratoires, j'ai pensé qu'en prenant de la hauteur, les gens vont réfléchir différemment que dans leur quotidien, c'est un sujet de société auquel on ne peut pas trouver de réponse en deux minutes", souligne Bart Cochez.
Puisqu'ils sont en congé, hors de leur cadre de vie habituel, les observateurs peuvent prendre le temps. Mais l'oeuvre du sculpteur belge installé aux Haudères n'est toutefois pas un plaidoyer. "J'apporte seulement une vision neutre, aux frontières de l'Europe c'est un moyen de réflexion."

Image

1700 kg de matériel

Ses 38 "bonhommes", comme il les appelle, d'une hauteur comprise entre 1 m 50 et 2 m 10, occupent une surface de 6 m2. "J'ai réalisé deux tiers des corps en ardoise et un tiers en mélèze brûlé, les têtes et les mains sont en acier Corten." Pour amener toutes les pièces de cette oeuvre, quatre rotations d'hélicoptère ont été nécessaires. "On a profité des trajets aériens pour l'agrandissement de la cabane", confie Bart cochez. Le poids de l'ensemble avoisine les 1700 kg. En compagnie de trois amis français, l'artiste a passé deux jours tout là-haut sur la montagne à édifier sa réalisation. Cette dernière n'est pas enracinée dans la roche. "Elle est vissée sur une grande tôle de fer qu'on ne voit plus parce qu'on l'a recouverte de gravier et de sable."

Image

Le projet Artitude 2821 est sorti rapidement de terre puisque sa genèse remonte au mois de février. "J'avais vraiment envie de poser des sculptures dans des endroits où on ne les attend pas."

Fort de cette idée originale, l'artiste s'est approché du directeur d'Evolène Région tourisme. "J'ai trouvé son concept intéressant", souligne Michael Moret, "nous avons plusieurs artistes qui vivent ici et nous avons la volonté d'axer le tourisme aussi sur la culture. De plus, le lieu de pose est vraiment peu commun."

"J'ai aussi reçu le soutien de la commune et du comité de l'association des Aiguilles rouges qui est très dynamique", note encore Bart Cochez qui a dû récolter un certain montant pour passer à la phase de concrétisation. "J'ai été à la rencontre des commerçants et des restaurateurs pour leur présenter la démarche, chacun pouvait me parrainer avec 200 francs."

Plus près des étoiles

Maintenant, il rêve d'autres sculptures, tout près des étoiles. Un cheminement peu courant. Mais pour l'heure, le gardien du refuge, Bernard Maître, salue l'initiative. "J'ai eu de bonnes réactions de ceux qui sont venus, l'oeuvre s'intègre très bien dans le paysage." Une plaquette explicative sera en place lors de la réouverture l'année prochaine.

Catherine Killé Eslig

Pour admirer l'oeuvre, il faudra marcher. L'accès peut se faire via Arolla ou via la Gouille
Image


Retourner vers « La revue de presse »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité