Il était une fois Arolla - 1781 - Bourrit, Description des Alpes pennines et réthiennes

De la préhistoire au troisième millénaire, en passant par l'Antiquité, le Moyen-âge et les temps modernes, découvrez la vrai histoire du Val d'Arolla!
arollablabla
Agitateur
Agitateur
Messages : 2945
Enregistré le : 04 juin 2007, 15:37
Facebook : arollablabla
Localisation : Rond-Point Arolla
Contact :

Il était une fois Arolla - 1781 - Bourrit, Description des Alpes pennines et réthiennes

Message non lupar arollablabla » 04 févr. 2017, 15:17

Pour n'avoir guère été fréquentée et parcourue que depuis 1840, la vallée d'Hérens — « le pays le plus Valaisan du Valais » n'en occupe pas moins une place enviable dans la littérature alpestre.

Le genevois de Saussure qui décrivit tant de glaciers, de montagnes et vallées, ignore le val d'Hérens. En 1781, une première mention de notre région paraît dans la « Description des Alpes pennines et rhétiennes » du genevois Marc-Théodore Bourrit, considéré comme le fondateur de la littérature alpine.

Au chapitre XVI de son ouvrage, titré « De la vallée d'Hérens, d'une belle perspective du Valais & des Crétins des Alpes », il relève quelques particularités locales tout en nous dépeignant un haut val d'Hérens de manière parfois extravagante.

«  L'entrée de cet agréable vallon est fort resserrée, le chemin qui y mène est souvent si dangereux que les habitans se voient pendant l'hiver dans l'impossibilité de sortir de leur vallée. L'extrémité de la vallée, du côté du Sud est fermée par le grand glacier de Bagnes : il faut avouer que c'est quelque chose de bien singulier qu'une montagne de glace au-dessus des plus beaux bois et des plus riches pâturages. Ces glaces communiquent à la Valpeline, à Bagnes & à Zermatten dans la vallée de Viége: une branche de ce glacier immense va descendre à l'extrémité d'Evolenaz, Ces glaces semblent vouloir, chaque jour, disputer le terrain aux habitans qui ont leurs maisons près d'elles. Les habitans simples, bons, droits, bienfaisans, hospitaliers, sont presque tous dans une honnête médiocrité: on y est sobre, on y boit peu de vin, on s'y nourrit de viandes salées, de légumes & de laitages, surtout de fromage rôti. La plus grande partie des hommes sortent de chez eux pendant l'été pour faire le fromage dans leurs montagnes, dans celles du Valais & du Duché d'Aost: pendant cette saison, les femmes sont obligées de faucher les foins, de faire seules la récolte & les travaux les plus pénibles de la campagne, mais en échange les hommes , une fois de retour de leur caravane , se chargent seuls des travaux & du foin du bétail. »

http://www.arolla.org/history/XVIIIeme.php

Image


Retourner vers « Il était une fois Arolla »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité